En passant

Movie Mercredi – The Dark Knight Rises

1 Août

Attention SPOILERS  //  Image Heavy  //  Article long

Sauf si vous avez vécu dans une grotte ces quatre dernière années, ou bien si tout simplement le cinéma c’est franchement pas votre truc, vous n’aurez pas pu passer à côté de la sortie de The Dark Knight Rises, l’épilogue de la trilogie Batman réalisée par le génialissime Christopher Nolan.

Le cinéma, c’est mon truc, j’aime ça. Je n’y connais pas grand chose, mais aller au cinéma est une de mes activités préférées, parce que regarder un film sur un écran de télé (ou pire, d’ordinateur), avec un son moyen, je trouve ça vraiment dommage, ça ne rend jamais justice au film, et pouvoir apprécier un film dans une salle de cinéma est quelque chose que je trouve absolument formidable (si je pouvais avoir une salle de ciné chez moi, je n’hésiterai pas une seconde!). Dans ma grande folie des salles de ciné, et comme ça faisait un peu quatre ans que j’attendais ce film de pied ferme, j’ai décidé de mettre les petits plats dans les grands, et je suis allée voir le film dans cette salle-là:

Le BFI IMAX de Londres (à savoir que je n’habite quand même plus à Londres depuis fin juin). Je ne vais pas me lancer dans une présentation minutieuse de la salle, mais sachez seulement que c’est juste la meilleure salle d’Europe (IMAX pellicule 70mm, un écran géant comme vous n’en avez jamais vu, et un son à vous décrocher les oreilles). Autant vous dire très simplement que j’ai pris mon pied et que c’était magique!

Le film:
Bruce Wayne a raccroché le masque de Batman depuis 8 ans et est devenu une sorte d’ermite qui ne sort plus de chez lui. Il est néanmoins obligé de reprendre du service lorsqu’un nouveau super vilain – Bane – arrive à Gotham et menace de détruire la ville.

Batman et Bruce Wayne ont donc perdu de leur superbe (dans le film), d’autant plus que le super-héros doit faire face au seul méchant de son univers capable de le mettre par terre et de lui foutre une raclée monumentale. Batman va donc avoir mal. Mais évidemment, ça ne va pas l’arrêter.

Les personnages et le casting:
À ses côtés, on retrouve évidemment le fidèle Alfred (Michael Cane), qui veille sur son « Master Wayne », mais rêve cependant pour son protégé d’une vie calme et heureuse au bras d’une femme. Le papa poule de substitution donc.

Toujours là aussi, le Commissaire Gordon (Gary Oldman), qui prend un peu cher aussi, mais comme il est cool il s’en remet.

Et puis il y a de nouveaux arrivants dont un certain Officier Blake (Joseph Gordon-Levitt). J’adore JGL, mais j’étais assez sceptique quant à sa présence dans le film. Je m’attendais surtout à un second rôle qu’on voit 20min… Et je me suis très vite rendu compte que finalement, le personnage était assez important et qu’on le verrait tout au long du film. C’est d’ailleurs assez controversé, mais j’adore ses dernières scènes dans le film :)

Pareil pour Miranda Tate (Marion Cotillard) que je ne m’attendais à voir que très peu… Et j’aurais préféré. Avec un Oscar en poche, on aurait au moins pu espérer que Marion Cotillard sache mourir correctement à l’écran. Apparemment c’est pas le cas, mais bon… Je n’ai évidemment pas deviné le twist final, mais je m’attendais quand même beaucoup pendant tout le film à ce qu’elle nous fasse le coup du « Ah non en fait, je te l’ai pas dit, mais c’est moi la méchante », et sur ce coup-là j’avais raison.

Nous avons également une nouvelle Catwoman (Anne Hathaway). Si comme moi vous êtes des fans inconditionnels de la Catwoman de chez Burton (Batman, le défi) interprétée par Michelle Pfeiffer, n’essayez même pas de comparer les deux, vous ne pourrez pas, ce n’est pas le même personnage. Cette nouvelle version n’est donc ni meilleur ni moins bonne, elle est différente (mais celle de Pfeiffer est quand même mieux XP ). Par contre, j’ai trouvé cette Catwoman trop prévisible, et sans réel intérêt. Elle est juste là pour faire exploser un truc finalement.

Et puis évidemment: Bane (Tom Hardy), le grand adversaire de Batman dans le film. Le choix de Tom Hardy m’a fait très plaisir (je l’adore), et il est excellent dans le rôle. J’en entends déjà certains au fond râler « Mais on voit pas son visage, on entend que sa voix déformée, ç’aurait été quelqu’un d’autre c’était pareil ». Et bien je dis NON. En VO, sa voix est certes déformée, mais quand même très reconnaissable, et le simple fait d’entendre cette voix vous met tout de suite en contexte. Il y a aussi la carrure qui en impose et qui aide à nous faire comprendre qu’il faut pas rigoler avec Bane… Je ne connais pas le personnage de Bane au sein du comic-book, mais en tant que méchant de film, je trouve qu’il fonctionne très bien, et qu’il colle parfaitement à l’univers de la trilogie de Nolan (le Pingouin par exemple aurait été un peu moins inquiétant je pense).

Ce que j’en ai pensé:
Objectivement (ou pas d’ailleurs, j’ai un doute), je pense que je préfère quand même le deuxième volet de la trilogie (The Dark Knight), mais ce dernier épisode n’a pas à rougir. On est toujours loin de l’univers des super-héros en général, et c’est ce qui a fait la force de cette trilogie: oui on assiste à un combat entre Batman et un super-méchant, avec des gadgets un peu fous, mais tout de même ancré dans un monde qui pourrait être le nôtre, on y croit presque. J’ai donc aimé le film et compte très prochainement retourner le voir au cinéma (mais cette fois dans une salle française normale :( Bouh).

Il y a cependant quelques petites choses que je n’ai pas aimées (mais c’est vraiment mineur):
Bon, la mort de Miranda Tate est effectivement un peu naze. Que ça vienne de la direction d’acteur ou de l’actrice elle-même, ils auraient pu faire mieux. Et puis le fait que j’ai repéré qu’elle était louche depuis le début. Et puis ce qui tue Miranda, c’est une chute du camion dans lequel elle se trouve; dans ce même camion, caché à l’arrière, se trouve Gordon. Miranda meurt, mais Gordon ressort sans un bobo de l’arrière du camion, ni vu ni connu.
La réaction de Gordon quand il comprend enfin qui se cache derrière de le masque de Batman.
Catwoman qui essaie de te faire croire qu’elle n’a aucun cœur  et qu’elle est complètement égoïste, alors que tu sais très bien qu’elle va revenir au moment où Batman sera au plus mal pour lui donner un coup de main.
Le nom en forme de clin d’œil de Blake, dont le prénom est… Robin. J’ai pas aimé, parce qu’en vrai, Robin, il s’appelle pas Robin, il s’appelle Dick Grayson. Le coup de Blake qui s’appelle Robin, ça n’arrive qu’à la toute fin du film, mais depuis la scène où Blake annonce à Bruce qu’il sait que c’est lui le Batman et qu’il est lui aussi orphelin, je me doutais très fort qu’ils nous sortiraient un truc du genre, je m’attendais juste à ce qu’ils nous expliquent qu’il avait changé de nom entre temps et que son vrai nom était Grayson.
L’épilogue à Florence. Mouais… Je comprends qu’ils aient voulu le montrer, mais ç’aurait été tellement mieux s’ils s’étaient contentés de montrer Alfred qui regarde dans la caméra, et qui sourit. Un peu dans le style de la toupie dans Inception, voyez?
Mais ma plus grande déception reste l’absence d’explications quant au destin du Joker. Dans The Dark Knight, on l’avait laissé pendu la tête en bas à un immeuble, et à aucun moment il n’est évoqué. Je sais bien qu’avec le décès de Heath Ledger la question était devenue compliquée, mais j’aurais quand même aimé une mini phrase qui nous disait par exemple qu’il avait réussi à se décrocher et s’échapper… N’importe quelle explication…

Mais comme je l’ai dit, tous ces petits détails ne m’ont pas empêché d’aimer le film, et de vouloir y retourner. Aucun film n’est parfait, il y a toujours des choses que l’on aurait aimé voir traitées différemment.

Si par contre vous n’avez pas aimé le film, je vous conseille d’aller lire cet article (ainsi que sa réponse), qui vous confortera probablement dans votre idée (ou bien qui, comme dans mon cas, vous fera bien rire à certains moments).

:)

Publicités